Chapter 7

Le Ketch qui avait autrefois appartenu à la Maison des Rois était désormais couché sur le flanc, son ventre réduit à sa seule structure porteuse courbée. Un demi-kilomètre de câble d'alimentation était enroulé depuis le centre du vaisseau et formait un chemin menant aux tentes de l'équipe de récupération. De l'escarpement surplombant le site, le Ketch ressemblait au cadavre éviscéré d'une bête géante.

Alors qu'elle buvait dans un réservoir d'éther transportable, Kosis se demanda si c'était là le seul destin de son peuple : vivre en charognards sur les restes en putréfaction de leur ancienne société. Elle se demanda combien il faudrait de nouvelles générations d'Éliksni pour oublier entièrement les anciennes coutumes, et si les Éliksni qui naissaient à présent étaient encore capables de jouer de l'instrument désormais enterré sur le surplomb.

Ses filles auraient-elles été fières de la manière dont elle avait choisi de survivre ? Elle se demanda où leurs os avaient été éparpillés, et si elles avaient souffert au démantèlement de la Maison des Rois.

Des bruits de pas tirèrent Kosis de ses pensées. Elle fixa la flasque d'éther à sa ceinture et se leva pour accueillir quiconque venait vers elle. C'était Savek. Seule. « Ton quart n'est pas fini », déclara Kosis d'un ton ferme à l'égard de la Rebut.

Savek se jeta en avant, une épée à la main. C'était celle de Kosis qui lui avait été volée dans sa tente. Elle ravala une inspiration qui aurait pu se changer en hurlement de confusion si la Rebut n'avait pas plongé la lame dans sa gorge jusqu'à la garde. L'éther jaillit dans les airs, accompagné de sang.

L'épée broya la colonne vertébrale de Kosis tandis qu'elle glissait, impuissante, le long de la lame. Alors qu'elle tombait au sol, son champ de vision s'assombrit et elle perdit peu à peu l'usage de ses extrémités engourdies. Savek poussa un cri primitif et un hurlement insondable.

Les dernières pensées de la Vandale furent pour le Kall de tous les Kalls.

Puis, le néant.